Colette Choisez, ce qu'en pense sont mari Michel. (Suite)

etteloc | 26 janvier, 2005 01:28


Ce qu'en pense son mari Michel (Suite).

 Avant de commencer, il faut déjà savoir qu'ils sont en couple et vivent toujours ensemble sous le même toît.

Tout ce qui suit, comme ce qui précède, à été vérifié et recoupé à l'aide de diverses sources et témoignages crédibles.

Ceci étant nous ne sommes pas et ne pourrions être tenu pour responsable d'éventuelles coquilles et/ou propos retranscrits quelque peu éronés ou ne collant pas tout à fait dans le détail à la stricte vérité.


Cependant nous continuons nos recherches et tout porte à croire que les faisceaux d'indices relatif à la vie privée de Madame Colette Choisez et se coroborant, sont bel et bien réels.

Nous utilisons pour cela les moteurs de recherche traditionnels comme par exemple Google, mais aussi d'autres, plus spécialisés dans les anciennes publications parrues sur le net et plus spécifiquement, touchant à tout ce qui à trait à des echanges de messages, des commentaires, réponses, etc.. mais aussi de copie d'emails ayant été soit volontairement soit accidentellement publier sur internet que ce soit récent ou ancien. Ce sont d'ailleurs les plus anciennes de ces preuves écrites qui sont les plus représentatives, les plus précises et les plus explicitement détaillées
.


En plus d'avoir télécharger la photo en grand, Ludo avait eu la bonne idée de faire une copie d'écran de la dite annonce et dont je mets une copie si-dessous.

 

Mme Colette Choisez dans une annonce plan cul ou son mari propose de baiser sa femme à poil devant lui. la première annonce


Je repris donc le fil du message de Ludo de façon un peu moins polie vu que l'annonce précisait qu'ils aimaient se faire insulter.

" Bonjour, je m'appelle donc ludo, j'ai presque 16 ans est-ce que ça vous dérange ? Je trouve la salope de Colette trop bonne avec ses gros nichons de cochonne et sa petite bouche à pipe dans laquelle je verrais bien ma longue queue pendant que toi la lopette tu regarderas ta femme me sucer. Mais t'inquiète pas petite fiotte, j'veux aussi la baiser et la faire jouir et couiner comme une grosse truie qu'elle est et j'veux aussi l'enculer la Colette..." Je lui demanda d'autres photos et si c'était lui le barbu.

Il répondit que oui c'était bien lui le barbu soumis (voire description et genèse de cette photo page 1) qu'ils n'en donnaient pas d'autres parce que blablabla.. etc... etc.. mais qu'ils aimaient mon style (lol) et que je les intéressaient d'autant plus que j'étais vraiment très jeune, chose qu'il précisa comme excitant particulièrement Colette.

Bon un peu aggacé, je répondis comme suit:

" Salut la fiotte de Michel, t'es une grosse merde pour oser me refuser d'autres photos de ta pute de femme. t'es qu'un gros pervers qui aime mater sa femme se faire sauter par des jeunots. J'ai trop envie de la défoncer ta poufiasse et de lui gicler mon foutre dans sa gueule de salope et dans ses trous à cette grosse cochonne. tu vas voir comment j'vais l'enculer ta femme, ta p'titte chérie, j'vais tellement la faire gueuler de plaisir qu'elle voudra plus que je parte. En plus j'vais montrer la photo de vous deux à mes potes de l'école et l'adresse de l'annonce..."

Peu de temps après une réponse de Michel.

" Excellente ta prose ! ( lol lui il appelle de la prose mes insultes mdr ) Oui, vas-y montre la à tes potes cette photo, tu peux même la poster sur le net ( grave le mec ) on décide vite avec Colette et on te dit quoi..."

Là ça commençait doucement à me gonfler. Mais comme je le lui avais dit, j'ai bien montrer à mes autres potes d'école la photo, même que plusieurs d'entre eux croyaient les avoir reconnus. Surtout l'un d'entre eux qui dit aussitôt en la voyant: Ouais ! Elle j'la connait enfin j'pense que c'est elle, mais lol quoi comment t'as eu cette photo ? En fait c'est plus mon petit frère qui la connait, mais j'me rapelle l'avoir déjà vueà la maison quand elle le ramène après l'école en même tempsque d'autres, qu'elle reconduit après avoir été chercher son fils qui est dans la même classe que mon frère. Mais lol quoi, la voir ainsi à poil, sérieux elle est trop bonne quoi..."

Je lui demandai de demander à son petit frère qui elle était mais en cachant ses nichons vu qu'il avait même pas 11 ans. faut pas déconner :) Mais on vera dans un autre chapitre que le petit frérot était pas à ça près, mais chut pour le momment.

Le lendemain mon pote vint me trouver en disant que son petit frère l'avait parfaitement reconnue et que comme il me l'avait dit, elle venait bien régulièrement déposer des enfants après la classe en ramenant son fils. Colette il me dit c'est elle, c'est Mme Colette Choisez et mieux, elle travaille à l'agence immobilière GIT en ville précisa-t-il et lui, c'est Steuve, Michel Steuve c'est son mari et il a une entreprise ou un truc dans le genre, ajouta-t-il. Puis il dit encore: " C'est clair que Mme Choisez elle est vraiment bonne. Sérieux tu la verrais tu te mettrais à bander direct (rires). Et tu vas criser, quant elle vient à la maison elle me fait même la bise. Tu verrais comme elle sent bon, pfiouuuu, pi elle a trop la classe sérieux, toujours habillée chic et classe avec des fringues qui doivent coûter un max de blé lol. Tin tu la verrais en vrai c'est encore mieux que sur la photo là, même si jl'ais jamais vu à poil, mais quand elle m'embrasse jme gêne pas pour lui mater ses gros nicons dans son décolleté mdr, surtout que parfois elle porte même pas de soutif la cochonne. pourquoi tu veux savoir ça ? Tu veux te la taper ? elle est pas pour toi man, même si son mari s'amuse à mettre des annonce de cul, si c'est bien lui, avec une photo de sa femme à poil. Rêves pas trop, Sinon envoies la moi par mail cette photo, j'te jure que jl'a regarderais encore mieux la prochaine fois quand elle vient à la maison déposer frérot et jla mettais en fond d'écran sur mon ordi avec ses gros nibards bien en vue (rires).

Je n'en espérait pas tant, mais tous ces précieux renseignements demandaient à être vérifiés.

Comme parfois je finissait plus tôt à l'école j'allai voir sans trop y croire tout de même à l'école du frérot qui à vélo n'était qu'à quelques minutes. Mon pote avait précisé qu'elle avait un coupé Mercobenz. Trop délirant ! MercoBenz pour mère Co-lette, mdr. effectivement quand j'arriva juste un peu avant la sortie des petits, parmis les bagnoles mais un chouilla à l'écart il y avait bien Un coupé Mercedes bleu marine de garé sur le parking avec au volant ce que je vis comme étant une très belle femme brune, j'dirais la quarantaine, occupée à consulter ce qui ressemblait à un agenda tout en attendant la sortie de son fils. Vu qu'elle ne me connaissait pas à priori, je m'approcha en vélo en roulant lentement et en tournant autour des voitures garées elles aussi. Je passa une première fois près de la Mercedes mais sans trop montrer que je cherchais à lui voir le visage. Le pare-brise était légèrement teinté et faisait des reflet mais comme il faisait beau, les vitres latérales étaient toutes baissées. Je repassa une nouvelle fois en évitant de me faire remarquer et en évitant d'approcher trop près pour lui éviter de penser que j'aurais pu rayer la peinture de sa caisse et cette fois, je la vis bien mieux, de trois quart profil, juste comme sur la photo où elle était à poil. Le doute n'était plus permis. C'était bien elle, juste ses long cheveux étaient défait et pendaient en scintillant de part et d'autre de ses épaules. elle était peu maquillée mais son rouge à lèvres, rouge foncé et brillant confirmait que c'était une femme très soignée et très classe. Mais ce qui me fit le plus d'effet c'était l'odeur suave de son parfum qui se dégageait de l'auto, Un vrai parfun afrodisiaque LoL Puis la sonnerie retenti et avant que j'eu le temps de faire un autre passage, le coupé fut envahi par une nuée de petits gosses, dont son jeune fils qui s'engouffra dans l'auto avec deux autres de ses petits copains, qu'elle allait sant doute reconduire chez eux. Elle démarra et pris la route tout en me laissant une sensation très très excitante, parce que si c'est bien elle que son mari me proposait de baiser, wouaw, trop d'la balle !

Son mari me contacta par mail une nouvelle fois me disant que lui et sa femme étaient de plus en plus intéressé par moi et qu'il envisageaient à présent que peut être ils accepteraient que je les rencontre.

A cela je répondis, avec les plus grandes difficultés, pour ne pas lui dévoilé tout de suite que je savais qui ils étaient, voulant malgré tout en savoir un peu plus avant de me révéler, que sa salope de femme et après l'avoir vue en chair et en os, j'avais un peu de mal à la traiter de salope, tant elle m'avait déjà impressionnée sur le parking, mais en écrivant tout en matant la photo de sa femme à poil et me remémorant son parfun suave et la brillance de sa chevelure dans le soleil quand elle attendait, je ne dus pas me faire trop violence pour lui dire que sa femme je voulais à tout prix la baiser, sérieux, si c'était elle qui allait me sucer et que j'allais enculer en la faisant jouïr, LoL quoi...

Par chance le sur lendemain était congé scolaire. J'allais pouvoir en profiter pour poursuivre mes investigations et peut être en aprendre plus et épier la belle Colette. Comme mon pote m'avait dit qu'elle travaillait pour l'agence immobilière Git en ville je chercha dans le botin l'adresse de celle-ci. Et effectivement, il y avait bien une agence immobilière  GIT à Tournai. En fait GIT était l'acronyme pour Gestion, Immobilière Tournaisienne. elle était située en plein coeur de la ville, au 14 bis, Rue des Jardins avec un téléphone et un fax. Je connaissais cette rue, elle était juste perpendiculaire à la rue Royale, artère très commerçante du centre ville. Me disant que qui ne risque rien n'a rien, jallai à une cabine publique et téléphona au 069 23 40 02. Un peu stressé bien que de temps à autres avec les colocs on était pas les derniers à faire des blagues au téléphone, je me fis passer en prenant une voix la plus mature possible pour un éventuel client. Une voix féminine me répondit, je ne savais si c'était une secrétaire, la partonne ou Mme Choisez elle même mais le timbre de voix me faisait penser à une jeune femme. Je lui demanda si Mme Colette Choisez travaillait bien à l'agence et si il aurait été possible de lui parlé, car j'avais une villa à vendre et qu'un ami avec qui elle avait conclu la vente de sa maison, me l'avait chaudement recommandée. La voix féminine me confirma que Mme Choisez travaillait bien chez eux, mais que souvent en visite (là aussi nous en reparlerons mais chuuut pour le moment) elle n'était pas pour l'instant à l'agence bien qu'elle y passait plusieurs fois dans la journée et, vu l'heur matinale qu'il était, elle ne devrait plus, sauf imprévu, tarder à passer mais que de toute façon elle repasserait au cour de la journée, puis, me demanda si je voulais lui laisser un mesage ou bien encore lui expliquer à elle, celle qui me répondait en quoi elle pouvait m'être utile. J'avais déjà une première confirmation et répondis que préférant discuter de vive voix, je passerais à l'agence avec mon acte notarial pour en discuter et éventuellement prendre rendez vous pour que ce soit Mme Choisez qui s'occupe de mon dossier. Mon interlocutrice en pris bonne note et ne fut pas du tout étonnée que l'on insiste pour que ce soit Colette qui soit en charge de cette éventuelle vente. Elle me remercia, je fis de même et raccrocha.

J'avais donc le reste de la journée pour aller l'épier et plusieurs chance de la voir passer à l'agence. Ce qui me permettrait de confirmer que c'était bien elle et surtout de la voir hors de sa voiture ou je ne l'avais vue qu'assise derrière un volant et à moitiécachée par une portière. Arrivé sur place, les place pour se garer tant rue des jardins que rue royale et les autres proche, étaient rares et je me disais qu'il n'aurait pas été si facile de la repérer, même si sa Mercedes etait bien reconnaissable. Je tournai depuis un moment dans les diverse rue du quartier quand repassant devant l'agence, je vis de dos une femme brune très classeentrer dans celle-ci. Serait-ce Colette ? j'attendis un moment, même un bon moment d'ailleurs, plus de 20 minutes quand la même femme mais de face cette fois-ci resorti. Pas de doute c'était bien elle. Empruntant lestrottoirs elle marcha dans un léger déhanché très sexy qui lui faisait onduler de la croupe de par aussi le port de haut talon. Ses longs cheveux toujours aussi brillant se balançaient mollement au gré de ses pas, tout comme sa jolie poitrine si bien dessinée, se soulevant puis retombant gracieusement dans une sensuelle dance presque lassive. elle était vraiment bandante, surtout que de prime abord pour que cette poitrine puisse se balancer aussi librement, elle ne devait probablement porter de soutien-gorge. Vêtue d'une petite robe à motif fleurits, serrére à la taille mais ample sur ses hanches et le buste, elle lui dessinait tout aussi bien ses formes généreuses sans excès. Sa croupe et sa chute de rein bien visibles tout comme les rondeurs souple de ses fesses rebondies et de ses seins qui devaient au moins être du 90 C, voire du 95.

Je prenais déjà beaucoup de plaisir à la regarder se diriger sans doute vers sa Mercedes que je n'avais toujours pas repérée. Mais je n'étais pas le seul à la mater. Automobilistes comme piétons se retournaient sur son passage, que même un couple pourtant plus jeune qu'elle venait de croiser, voyait madame mettre une giffle à monsieur qui, se dévissant le cou pour reluquer Colette les yeux rivés sur sa croupe, ne semblait plus vouloir s'en détaché, la claque de sa femme furieuse de voir son homme regarder ave atant d'insistant une autre femme qu'elle, le ramenant douloureusement à la raisonn tout en devant subir les reproches et vociférations de sa moitié sans pouvoir réellement s'en justifier. Colette, impassible et sans doute habituée, continuait sans s'en soucier. Elle traversa une autre petite rue puis arriva au bord d'un petit parking partiellement grillagé,  au sol de gros graviers et ne pouvant contenire que trois ou quatre véhicules mais guère beaucoup plus. Parmi ceux qui y étaient garés, je reconnu de suite sa Mercedes. Sur le grillage de treilli métalique plastifié vert assez serré, il y avait un panneau sur lequel était inscrit en toute lettre: Reservé Parking privé, Agence GiT. En fait l'agence avait sa propre aire de stationnement dans cette rue excentrée mais proche de celle de la rue des jardins.Bien que possédant une entrée suffisant pour le passage d'une voiture, le grillage malgré tout à cette distance assez opaque, ne laissait que difficilement voir l'intérieur du parking, seul par ladite entrée il était possible de bien distinguer les voiture garées ou alors de s'en approcher au plus près pour voir entre les mailles. D'où j'étais, je voyais assez bien l'arrière du coupé de Colette ainsi que celui d'une autre juste à côté de la sienne mais la cachant presque de toute sa longueur. Deux autres y étaient également garées mais dans l'autre sens et bien moins visibles cell-là.

Colette se dirigea vers sa voiture et ouvrit la male arrière du coupé. Un homme sans doute sorti de celle garée face à la sienne sorti et alla à sa rencontre. Puis, pris Colette par la taille comme pour l'embasser. Elle referma le coffre et l'homme la tirant vers lui l'entraina entre celles de là où il était venu. Colette marqua comme un moment d'arrêt pour regarder brièvement autour d'elle si ils n'étaient pas épiés, puis se laissa tirer vers l'inconnu. Le grillage à cette distance me gachait la vue et je pris sur moi de m'approcher au plus près pour qui était cet homme et voir ce qu'il voulait à Colette en regardant cette fois de près entre les maille de la clôture. Bien que je n'avais vu que Michel sur la photo, me basant sur elle semblant assez resente au regard du visage de Colette et de celui que j'étais en train de regarder, il m'apparu presque commme évident que l'homme qui commençait à la serrer contre lui, n'était pas son mari. Il semblait plus grand, plus mince, plus jeune, ne portait pas la barbe, avait les cheveux bien plus foncé et très courts. J'avais faussement cru que c'était Michel, venu voir sa femme et profiter de quelques baisers.

Or il n'en était rien. Le jeune type cherchait clairement à embrasser Colette et, lui agripant tout à coup les fesses, la souleva légèrement en la serrant un peu plus contre lui, puis commença à embrasser Colette langoureusement sur la bouche tout en lui massant doucement le cul. Colette ferma les yeux puis se laissa embrasser puis tenta de le repousser en souriant doucement et de façon coquine. Suffisament proche d'eux tout en étant quasi invisible, aussi bien je voyais qu'aussi bien j'entendais. Elle lui dit alors: " Non Pierre, c'est pas bien. Tu sais bien que c'était une annonce sans lendemain, même si on s'est vu plusieurs fois et que Michel a beaucoup lui aussi aimer regarder ta prestation... D'ailleurs il n'apprécierait pas de savoir qu'un homme rencontré pour prendre sa place le temps de quelques rencontres ne devienne un attitré, tu le savais avant de commencer et tu étais d'accord, je t'aime bien mais restons en là pour le moment. Tu ais que j'aime le changement de partenaire, plus tard surement mais laisse moi un peu d'air s'il te plait. D'ailleurs Michel semble m'avoir trouvé un tout tout jeune amant qui promet. Laisses moi, plus tard, plus tard..." S'il en fallait une, j'avais la preuve sortie de la bouche même de Colette, que cette petite annonce plan cul n'était pas la première et qui plus est n'était pas bidon. Et j'avais cru comprendre que par jeune amant prometteur, elle parlait de moi. Enfin, je me pris à oser l'espérer.

Je jeune type ne chercha plus à vouloir embrasser Colette à tout prix mais sans être tout à fait résigné entreprit de la caresser. Comme pour le dédomager de sa déconvenue, Colette se laissa plus ou moins faire tout en essayant de prendre un peu de distance avec lui et de le repousser lentement. Mais le jeune homme semblait savoir comment s'y prendre avec elle tout comme il devait aussi connaitre les faiblesses de Colette. Il lui caressa la poitrineet les fesses au travers de sa fine et légère petite robe, puis, lui déboutonna un prenier bouton de son décolleté déjà amplement lache et y glissa une main pour lui caresser un sein. Il en déboutonna un deuxième puis un troisième et la robe de Colette s'ouvrant de plus en plus tout en lui glissant d'une épaule, je pu voir la main du gars caresser et prendre à pleine main le nichon nu de Colette. par moment je pouvais voir son téton dressé comme un pipette de roue de camion poindre puis disparaitre entre les doigts qui le caressait. De l'autre main il pris celle de Colette et l'amena tout en lui impimant un mouvement de va et vient sur sa braguette qu'il avait clairement tendue. Colette la lui caressa lentement et l'home poursuivit en continuant et finissant de lui déboutonner toute la robe. Il engouffra cette main maintenat libre entre les cuisses de Colette qui sous ses avances insensée en plein jour et sur un parking publique, semblait apprécier cette situation qui la rendait de plus en plus vulnérable aux assaut dirigés du jeune homme et ex amant, enfin pas encore tout à fait.

Colette gémissait se laissant embrasser dans le cou et sur les épaules tandis qu'il lui caressait la chatte que je découvris comme étant totalement épilée (et en plus j'adore ça les femme totalement épilée). Lui il lui répétait doucement à l'oreille comme un mantra des: " mmh j'aime tes seins, j'aime ta chatte, j'aime ton cul Colette... aisses toi faire, une dernière fois, je te promet, encore une fois, je veux te baiser là, tout de suite et après je te laisserais à ton nouveau jeune amant..." Je voyais qu'elle tentait bien de lui résiter mais, et maintenant j'en était convaincu, tant ce que je regardais battait à platte couture tous les films de cul que j'avais pu voir sur le net, qu'elle était super chaude en plus d'être super bonne et une vraie salope folle du cul. D'ailleurs j'en bandis à m'en péter la braguette. Les non qu'elle tentait de lui dire se muaient en des soupir longs et de plus en plus ténus et semblaient vouloir dire oui. Elle lui déboutonna son pantalon et lui attrapa de ses fin doigts aux ongles vernis d'un rouge vermeil et brillant sa queue qu 'il navait pas beaucoup plus grosse ni plus longue que la mienne, ce qui me rassura quant à la taille de mon sexe :) Elle la lui caressa mais aussi lui fit crisser ses ongles experts sur les couille du jene type en les caressant également. Puis, il lui attrapa les pans de sa robes en les abaissant jusquà ce qu'elle tombe sur le sol de gravier, juste retenue par le poignet de la main qui lui caressait le queue. Je vis alors pour la première fois et pour de vrai le superbe cul nu et rebodi de Mme Choisez. Le type lui saisit alors les fesses et, tout en les massant, les lui écartait pour en ouvrir le sillon et faire apparaitre la petit rondelle de Colette. Entre ses cuisses, je pouvais voir en contre jour l'arrière de son petit abricot légèrement charnu. Puis presquebrutalement mais de façon calculée il la retourna pour lui malaxer les seins à pleines mains. Les même seins souples et fermes à la fois que sur la photo. elle leva les bras comme pour lui caresser les cheveux mais l'homme, les lui attrapa en tes tirant vers l'arrière et la faisant se pencher, sa croupe bien cambrée collée sur son bas ventre à lui, puis, comme cela devait arrivé, ayant sans doute trouvé sans peine l'entrée de la chatte de Colette, la pénétra et commença à la pistonner d'abord lentement puis de plus en plus rapidement. Les seins lourds et pendant dans le vide de Colette se mirent à se balancer d'avant en arrière de au rythme des coups de rein de son jeune amant, j'entendais ses gémissements de plaisir tout comme le claquement que faisaient ses fesses contre les cuisse du jeune homme qui en plus lui lachait des: " t'ames sa ma salope hein, avoues que t'aimes ça te faire baiser comme une pute...tu le sais ça hein que t'es une vraie salope hein Colette ?
 

 

Commentaires

Free femme à poil, femme nue gratuite. | Colette Choisez, ce qu'en pense sont mari Michel. (Suite)

tennessee finesse shirt | 12/08/2018, 01:13

It is celebrated in honor of St. Valentine.

Free femme à poil, femme nue gratuite. | Colette Choisez, ce qu'en pense sont mari Michel. (Suite)

the best pool cleaner vacuum | 13/09/2018, 05:10

What about the jailbreak? 3. Putt lights out.

Commenter
 authimage